CHINA - Vidéolab

La caméra ne fait pas la composition de l’image.

La Chine… qu’on aime ou qu’on n’aime pas, ce pays a une forte identité, culturelle, artistique, politique, humaine et même audiovisuelle. C’est un labo en soit, énormément de projets naissent chaque jour dans tous les domaines. À Shenzhen, là où j’ai travaillé, le mot labo reflète complètement cette pensée, notamment dans le quartier de Huaqiangbei, mondialement connu pour son marché gigantesque autour du high-tech et de l’innovation. Kitsch, innovant, bizarre, copié, unique, dans un labo tout est testé car c’est ce qui permet d’émettre de réelles conclusions et c’est un très bon moyen de faire une vieille artistique. C’était mon intention pendant quatre mois…

Démarche artistique

On est en 2016, j’ai très peu de matériel hormis mon Bridge Sony DSC-HX 300, muni d’un capteur 1/2,3 »... L’idée est donc d’aller au-delà des capacités techniques, car mon appareil est dépassé à ce niveau. Il faut donc réfléchir théorie. 

C’est en ça que ce projet est un labo créatif, car il permet un travail centré sur la composition de l’image afin de transmettre les émotions que j’ai vécues sur place uniquement par le choix de la composition. Dans un rôle de photographe dans un premier temps, j’ai amélioré ma théorie en terme de cadre de l’image puis je l’ai appliquée à la vidéo. Mouvements de caméra, tentatives de cadre, timelapse, jeux de lumière et sensibilité à la lumière naturelle, ce labo m'a fait devenir un meilleur vidéaste. C’est ensuite par du motion design que je ferais de ce labo vidéo un projet plus structuré et complet.

C’est un projet personnel qui n’a pas donné lieu à une diffusion, il me permet uniquement aujourd’hui d’être plus réfléchi dans ma manière de cadrer et de réaliser. Mais il était réalisé en parallèle d’un autre projet audiovisuel

Je vis à Annecy avec un pied à Barcelone.

 pedret.david@gmail.com   /  +33 (0)6 59 53 68 67 (Whatsapp disponible)

DAYEFILMS © 2020 par David Pedret-Domenjo.